Éole et pétrole, partie 1

Éole est le dieu des vents. Ulysse accoste chez lui dans l’Odyssée : «Nous gagnons Éolie (…). C’est une île qui flotte : une côte de bronze, infrangible muraille, l’encercle tout entière».

Pour 4e chronique, je vous propose le récit de mon incursion dans le monde du pétrole, par le biais d’une recherche graphique lors de la catastrophe du golfe du Mexique au printemps 2010.

(Rappel aux lecteurs : il s’agit d’une version brouillon, le texte est transcrit au bas de chaque page pour une meilleure lisibilité et vos commentaires sont les bienvenus!)

01-eol.jpg 01

 

01-eol.jpg02

Lisibilité : Mme G.: « Il y a une expo au Café, ça s’appelle « Offshore? No thanks! » Miss Papillon: « Woah… Super, j’ai moi aussi des pulsions créatrices de ce côté-là… Non non Christophe, pas sur la voiture » Mme G.: « C’est vrai? Dis donc, j’ai justement besoin d’aide. Il y a une chorale bientôt et ils m’ont demandé un diaporama sur la marée noire. On veut faire le parrallèle entre ce qui est arrivé dans le golfe du Mexique et les projets de forages dans le Saint-Laurent. Si ça t’intéresse, je peux te fournir en images et texte et te référer à eux. » Miss Papillon: « Euh… c’est quand?.. Ah, et comment tu voyais ça?.. Intéressant… OK; je veux bien m’en occuper… » Fiston: « Broum Broum Broum »

01-eol.jpg03

Lisibilité : Courriels de Mme G.: « Projet Diapo : Salut! Voici quelques lestures pour débuter .doc .doc .doc .doc » « Salut, voilà les photos: www.flickr.com/groups/gulf_oilspill/pool Faudra penser à mettre le lien! » « Salut… quelques citations… .doc » « Un lien pour comparer la marée noire avec celle des Îles. »

« Le déversement est relativement minuscule comparé à l’océan, très vaste » -Tony Hayward, président BP

01-eol.jpg04

Lisibilité : « Je débute mes recherches. » « 10 espèces à risque en Louisiane » « Star wars en mer! » « L’image choc classique. » Bateaux tentant l’impossible. » « C’est inimaginable. Comment éviter le sensationnalisme? »

Lisez la suite en cliquant ici.

Publicités

Ça va chauffer! partie 5

Après avoir fait de l’argent avec de l’or noir, la classe sociale la plus riche fait maintenant de l’argent avec de l’argent, lui conférant un méga-pouvoir. Nos processus démocratiques sont-ils menacés par cet empire pétro-financier?

(Rappel aux lecteurs : il s’agit d’une 5e partie de 5, version brouillon. Cliquez ici pour accéder à la première partie. Le texte est transcrit au bas de chaque page pour une meilleure lisibilité. Vos questions, commentaires et corrections sont les bienvenus!)

01-eol.jpg19

Lisibilité : Miss Papillon: « Le monde du pétrole a généré une nouvelle classe de bourgeoisie, la Superclass! Après avoir fait de l’argent avec l’or noir, la Superclass fait maintenant de l’argrent avec de l’argent. Et avec cet argent, elle achète les différents gouvernements. Elle finance des campagnes électorales et place ainsi ses pions sur l’échiquier étatique. Et à leur tour, ces pions en placent d’autres. » Écriteaux: « WORLD MART, PLANET inc., MEGA Corporation, EARTH COMPANY. »

01-eol.jpg20

Lisibilité : Carbone: « C’est ce que je disais. Nous, on y est pour rien dans vos conneries. C’est à l’humanité à mieux s’organiser. » Miss Papillon: « Mais comment veux-tu qu’on y arrive? La superclass investit des milliards dans la désinformation et l’ingérence politique à travers le monde entier! Les capitalistes ont le beau jeu, dans cette partie. Eux qui prétendaient avoir horreur de « la main de l’État », voilà qu’ils sont devenus le cerveau qui contrôle « la main »! »

01-eol.jpg21

Lisibilité : Superclass: « Mais non, mais non, ce n’est pas de l’ingérence, c’est de la non-indifférence. » Carbone: « D’où il vient celui-là? » Miss Papillon: « T’occupes pas de lui. Il ne vient pas juste d’arriver. Il est toujours là, partout. » Carbone: « Mais il joue avec tes pions? De quoi il se mêle? » Miss Papilon: « C’est Superclass. »

01-eol.jpg22

Lisibilité : Superclass: « Essayez d’y voir plus clair, vous vous perdrez! » Miss Papillon: « C’est pas si compliqué: Superclass est chez lui, ici comme ailleurs! » Carbone: « Moi, j’embarque pas trop dans vos histoires lourdes… »

Schéma : Des chefs d’états entretiennent des « amitiés » avec des familles ultra-riches (ex: famille Desmarais) qui participent au financement électoral. Ces chefs d’états font des nominations dans leurs instances gouvernementales (ex: Hydro-Québec). Or il s’avère que la famille Desmarais est à la présidence de Power Corporation depuis 3 générations et que ses membres siègent sur les conseils d’administration de géants pétroliers et gaziers, lesquels bénéficient évidemment de la privatisation de la filière gaz-pétrole (ex: Gaz de France vs GDF-Suez, scandale d’Anticosti, etc). Les avoirs financiers de l’état sont investis dans des consortiums gaz-pétrole (ex: Investissement Québec chez Pétrolia), lesquels sont favorisés par des politiques énergétiques pro-pétroles des instances gouvernementales (ex:  Hydro-Québec sous le règne d’André Caillé – lequel évoluera ultérieurement comme porte-parole de l’association pétrolière et gazière du Québec (APGQ) et qui sera remplacé par Lucien Bouchard, celui-là même qui avait nommé André Caillé à la tête d’Hydro-Québec). Devant des entreprises aux reins aussi solides, le public investit lui aussi dans ces actions. Et quand, par exemple, 80% des actions de Gaz Métro sont détenues par le public et les contribuables, un bel avenir est garanti au monde pétrolier et ce, à faible risque financier.

Fin de la 3e chronique.

Et vous, croyez-vous que les politiques énergétiques soient à l’abri de la corruption? Comment favoriser une approche stratégique et impartiale en matière d’énergie alors que les puissants lobby pétroliers semblent s’être déjà immiscés dans l’état?

Ça va chauffer! partie 4

Alimentons notre pétro-paranoïa en nous attardant à l’histoire avortée de l’auto électrique au Québec, maintenant que nous avons visionné l’excellent documentaire « Who killed the electric car ».

(Rappel aux lecteurs : il s’agit d’une 4e partie de 5, version brouillon. Cliquez ici pour accéder à la première partie. Le texte est transcrit au bas de chaque page pour une meilleure lisibilité. Vos questions et commentaires sont les bienvenus: même si on s’amuse un brin, je tiens à véhiculer de l’information véridique et que toute fausseté me soit signalée! Spécial de la semaine : des noms ont été auto-censurés parce qu’on n’est jamais trop prudent quand on s’attaque à la pétro-paranoïa. 😉 )

01-eol.jpg13

Lisibilité : « Petite histoire de l’auto électrique-1 » Miss Papillon: « Des chercheurs québécois avaient trouvé un système de véhicule électrique génial, mais le projet a été tué dans l’oeuf. » Pierre couture, ingénieur (1980): « Ça n’a pas de bon sens à quel point il y a une perte d’énergie dans un pareil bouchon. Faut trouver autre chose. » Équipe de recherche du véhicule électrique (1996): « Voici enfin les résultats de notre étude de faisabilité de notre fameux moteur-roue… » Journaliste de Découverte: « Performance incroyable! » Institut de recherche en électricité du Québec (IREQ): « Désolé les gars, mais vous ne pouvez plus travailler sur un moteur, une pile et un véhicule, ça coûte trop cher. Concentrez-vous sur le moteur, c’est suffisant. » (Affiche: pile, moteur-roue et véhicule électrique = total investi de 350 000 000$) Dirigeant d’Hydro-Québec: « Combien ça vaut, c’te moteur-là, si demain matin on décide de le vendre? » (Face à l’absence de lien solide avec les constructeurs automobiles, Hydro-Québec fonde la filiale TM4 en 1998 afin de commercialiser son moteur.)

01-eol.jpg14

Lisibilité : « Petite histoire de l’auto électrique-2 » Hydro-Québec: « Voici comment fonctionne notre moteur électrique révolutionnaire. Combien vous offrez pour? Ah vous ne le voulez pas? » (Approche non stratégique) Fabricants automobiles: « On pensait juste aller rejoindre une petite clientèle qui veut réduire sa pollution… » « So now, CRASH IT! » Monde du pétrole: « Hey! George! What is this shit! An electric car? » Gouvernement américain: « But I don’t want this shit neither! » (Liens entre le monde du pétrole, les fabricants automobiles et le gouvernement américain: interdépendance via financement électoral, actionnariat, élection, lois, taxes.) Fabricants de pièces et garagistes: « Vous voulez dire qu’on ne ferait plus de changement d’huile?! » (Lien de complète dépendance) Automobile électrique 1996: « On m’a vu rouler en Californie jusqu’à ce qu’on me retire de la circulation. » (Production, vente, rappel, fourrière en 1998.)  Commission anti-smog 1998: « OK gang, pas besoin de réduire les émissions de vos autos, vous auriez trop de misère. » (Nomination, pression, dramatisation, loi, actionnariat.)  Automobile à hydrogène: « Notre voiture coûte 1 000 000$ et il y a 5 points de ravitaillement! » (Propagande, financement.) Consommateurs: « Mais quand est-ce qu’ils vont inventer l’auto électrique? » « Non, l’hydrogène c’est mieux. Mais nous, on a juste les moyens de rouler au pétrole… » (Désinformation.)

Montréal-Québec: essence 25$, électricité 2,50$.

01-eol.jpg15

Lisibilité : « Petite histoire de l’auto électrique-3 » « En l’absence de lien solide avec les constructeurs automobiles, Hydro-Québec fonde la filiale AVESTOR pour commercialiser sa pile. »

Halliburton: Slogan: « We serve oil gas industry ». Fournit service et matériel d’exploitation d’hydrocarbure et armement. PDG: le vice-président des USA.

Anadarko-Kerr-McGee : Exploration & exploitation pétrolière, USA et international. Dirigeants en lien avec la Federal Reserve Bank of Dallas et le président des USA. Actionnaire à 50% de AVESTOR, filiale d’Hydro-Québec qui doit commercialiser la pile pour véhicule électrique.

Liens entre G.W.Bush, Federal Reserve Bank of Dallas, D. Cheney, Halliburton, Anadarko-Kerr-McGee (AVESTOR): présidents, membres, vice-présidences, exécutif, actionnariat.

Hydro-Québec: « Bonne nouvelle; notre pile sera utilisée dans le marché des télécommunications grâce à notre partenariat avec Kerr-McGee! » Miss Papillon: « La belle affaire! »

(Note de l’auteure: On peut penser que ces acteurs importants ou potentiels de la guerre en Irak avaient un intérêt manifeste à maintenir la suprématie du pétrole et à écarter la pile du marché de l’automobile.)

01-eol.jpg16

Lisibilité : « Petite histoire de l’auto électrique-4 » « En l’absence de lien solide avec les constructeurs automobiles, Hydro-Québec fonde sa filiale TM4 pour commercialiser son moteur. »

AVESTOR (pile): Monde du pétrole (actionnaire à 50%): « Le marché est très limité au niveau des transports. » Résultat: marché de l’électronique.

TM4 (moteur): Fabricants français (actionnaire à 20%): « Vous savez, faut être patient… » Résultat: Clenova, véhicule électrique, sortie prévue en 2012 en Norvège.

Hydro-Québec: « Gaz naturel? » Citoyen, groupes communautaires et municipalités: « On veut diminuer notre dépendance au pétrole! » Fabricants automobiles (Mitsubishi, Ford, Renault Nissan, Toyota): « On va sortir des voitures électriques en 2010-2011. » Résultat: Réseau de bornes de recharge pour véhicule électrique à venir au Québec en collaboration avec fabricants et municipalités. Miss Papillon: « Il était temps! »

01-eol.jpg17

Lisibilité : « Ce qu’on veut faire, c’est avancer au rythme où les produits arrivent sur le marché. » – PDG d’Hydro-Québec, 2010. Miss Papillon: « Ouais, on s’en doute, ils n’iront certainement pas au devant, si on se fie à l’histoire du moteur-roue… »

CV de Thierry Vandal: 1996-2010 (et + 😉 ): Hydro-Québec. PDG depuis 2001, VP exécutif de la production dès 1999. 1992-1996: Gaz Métro. 1988-1991: Société pétrochimique Kemtec. 1982-1988: Shell Canada Limitée.

Miss Papillon: « Développer le réseau de l’auto électrique, ça aurait pu être révolutionnaire. Un énorme marché à nos portes! Mais c’est bien plus simple, pour un même profit, de simplement hausser les tarifs! »

Hausse de tarif rcord de l’électricité: 18% entre 2005 et 2009. Prime au dirigeant de Hydro-Québec en fonction de la hausse de revenus de l’organisme: Boni de 122 000$ en 2009.

01-eol.jpg18

Lisibilité : Carbone: « Mais tu délires complètement! » Miss Papillon: « Mais pas du tout, mon vieux! Entre l’ex président des USA (bien connu pour sa guerre du pétrole) et l’auto électrique de l’Hydro, il n’y a qu’un intermédiaire! » Carbone: « Tu ne peux quand même pas sauter aux conclusions. » Miss Papillon: « Oh, tu sais, il n’y a pas qu’une seule personne à blâmer. En fait, c’est un empire. »

La semaine prochaine, on fera la rencontre d’une nouvelle classe sociale, au-delà même de l’espèce qui domine la chaîne alimentaire, avec Superclass!

Ça va chauffer! partie 3

Où se cache le pétrole dans nos biens de consommation? En fait, il serait plus simple de dire où il n’y en a pas. 

Retrouvons nos amis Carbone et Miss Papillon à ce propos.

(Rappel aux lecteurs : il s’agit d’une 3e partie de 5, version brouillon. Cliquez ici pour accéder à la première partie. Le texte est transcrit au bas de chaque page pour une meilleure lisibilité. Vos questions et commentaires sont les bienvenus!)

01-eol.jpg 09

Lisibilité : Miss Papillon: « Alors pourquoi on parle tant du réchauffement climatique et des gaz à effet de serre si ils ont toujours existé? » Oxygène: « C’est vrai que c’est pas nouveau. » Carbone: « Je vous l’avais dit, on n’y est pour rien, nous autres. Ce que les végétaux, la mer et le sol avait pris de milliers de millénaires à capturer puis à assimiler sous forme de charbon et d’hydrocarbure, une poignée d’homos sapiens l’ont libéré dans l’atmosphère par la combustion fossile et ce, en quelques décennies à peine. » Miss Papillon: « Mais j’y suis pour rien, moi non plus! » Carbone: « Détrompe-toi, tu fais partie du 20% de la population mondiale qui émet 80% des gaz à effet de serre. »

01-eol.jpg10

Lisibilité : Carbone: « Ton shampoing. Ton revitalisant. Ton maquillage. Ton costume de pacotille en plastique. Tes bijoux en plastique. Ton électricité. » Miss Papillon: « J’y suis pour rien, je te dis. » Carbone: « Ton chauffage. Ta crème hydratante. Tous les engrais pour faire pousser ce que tu manges. Ton vernis à ongle. Tes vêtements en polyester. Tes emballages en plastique. Ta tondeuse. Tes condoms. Tes bas de nylon. Tes chaussures en latex. Ta voiture. Tout l’essence que ça prend pour transporter ces biens jusqu’à toi. Et j’en passe! »

01-eol.jpg 11

Lisibilité :  Miss Papillon: « Écoute, il y a une part qui m’appartient, mais elle est très mince. D’abord, je ne savais même pas que mes vêtements étaient faits à base de pétrole, ni le reste. » Carbone: « L’ignorance, tu plaides l’ignorance. Tu n’as pas mieux? » Miss Papillon: « L’ignorance, c’est béton! Les plus grands chefs le savent et ils ne se gênent pas pour l’utiliser! » Carbone: « Bon, ça y est. Elle va tomber dans le discours du complot. » Miss Papillon: « Écoute, c’est vrai. Environ 10%de la production mondiale servirait à alimenter les centrales thermiques pour produire de l’électricité. Et près de 40% serait transformé en produits raffinée. Et le reste? »

01-eol.jpg12

Lisibilité : Miss Papillon: « TRANSPORT! » Carbone: « Ah bon, et ça implique quoi? Que tu aurais dû acheter une voiture qui consomme moins? Génial. » Miss Papillon: « Euh… oui, mais c’est pas mon point. » Carbone: « Quoi alors? » Miss Papillon: « C’est que le monde des affaires a tout avantage à garder l’automobile-sans-pétrole le plus loin possible du consommateur, rien de moins! C’est vrai, c’est écrit sur l’internet. » Sur l’écran: « Who killed the electric car? » Miss Papillon: « Incroyable! »

Note de l’auteure : la pétrochimie est l’acte de transformer le pétrole en produits de consommation. Cette industrie consomme de l’énergie, parfois par combustion de pétrole, et est une source de fuite de gaz. Mais ultimement, la plus grande partie des hydrocarbures de cette industrie n’est pas relâchée sous forme de gaz à effet de serre, les hydrocarbures sont plutôt « assimilés » dans des biens de consommation. Les exemples ci-haut de consommation de pétrole par nos soins quotidiens ne constituent donc pas une source aussi directe d’émission de gaz à effet de serre que la combustion simple (moteur à combustion dans les transports et dans certaines centrales électriques).

La semaine prochaine, on tombera dans un grossier délire complètement paranoïaque sur l’histoire avortée de l’auto électrique. En attendant, visionnez l’excellent documentaire « Who killed the electric car » en  cliquant ici.  Pour la suite de cette chronique en BD, cliquez ici!

Ça va chauffer! partie 2

Au programme cette semaine: combustion et effet de serre. Parce que quand Carbone rencontre Oxygène… ça chauffe. Un petit « boost » d’énergie, avec ça?

(Rappel aux lecteurs : il s’agit d’une 2e partie de 5, version brouillon. Cliquez ici pour accéder à la première partie. Le texte est transcrit au bas de chaque page pour une meilleure lisibilité. Vos commentaires sont les bienvenus!)

01-eol.jpg05

Lisibilité : Carbone : « Oui, mais nous, on y peut rien. » Hydrogène: « C’est vrai. Quand on forme une figure, c’est un peu complexe, on doit se tenir en équilibre et c’est un peu instable, tout ça. » Oxygène: « Salut! Nous c’est Oxygène. » Hydrogène: « Alors quand une occasion se présente de se réarranger autrement, en figure plus petite, plus simple et plus stable, on saute dessus, surtout si ça vient avec un petit « boost » d’énergie! » Carbone: « On sait bien! Vous voulez toujours vous débarrasser de moi! » Oxygène: « Oh, il est pas commode celui-là… »

01-eol.jpg06

Lisibilité : Oxygène: « Oh oh… nous sommes devenus du dioxide de carbone, nous sommes deux et il est seul: CO2. » Carbone : « Ouin ben faites pas les désolés, c’est vrai qu’on est devenu un gaz à effet de serre, mais j’en étais déjà un quand j’étais méthane. » Hydrogène du méthane: « On est effectivement 25 fois plus puissant que le COen terme d’effet de serre… » Hydrogène de l’eau: « Nous aussi! Nous aussi on en fait partie! Ben oui, la vapeur d’eau aussi est un gaz à effet de serre. » Oxygène : « C’est quoi toutes ces histoires? »

01-eol.jpg07

Lisibilité : Carbone : « Il y a fort longtemps, la planète était sans vie. Il n’y avait pas d’atmosphère tel qu’on le connaît aujourd’hui. La température moyenne terrestre était de -180C, pas très fertile comme climat. Les rayons du soleil frappaient la Terre, rebondissaient et se perdaient dans l’univers. Peu à peu, le sol a dégagé une mince couche de gaz. Elle a agit comme les parois d’une serre, faisant rebondir les rayons plusieurs fois avant de les laisser s’échapper à jamais dans le vaste univers. La Terre s’est réchauffée, permettant à la vie d’y naître. »

01-eol.jpg08

Lisibilité : Carbone : « Les premiers être vivants, des bactéries, se sont mis à produire eux aussi du CO2, augmentant encore et toujours l’effet de serre et le réchauffement jusqu’à une température de +150C. C’est là que la nature a trouvé son équilibre entre émission de gaz à effet de serre et assimilation de ces mêmes gaz. » Arbres: « Grâce à nous! Du CO2, on en mange! » Paysage: « Eh! Oh! Il n’y a pas que vous! Le sol et la mer aussi, on en prend une bonne part! » Carbone: « La Terre, depuis des millions d’Années, maintient cet équilibre, avec quelques périodes de réchauffement ou de refroidissement, mais sans jamais outrepasser les limites de la vie. »

Lisez la suite ici, pour en savoir plus sur les usages aussi insoupçonnés que quotidiens du pétrole.

Ça va chauffer! partie 1

Troisième chronique! Apprenons-en un peu plus sur le pétrole et ses composantes grâce à notre ami Carbone qui en a plus que marre de se faire émettre à la tonne.

(Rappel aux lecteurs : il s’agit d’une version brouillon, le texte est transcrit au bas de chaque page pour une meilleure lisibilité et vos commentaires sont les bienvenus!)

01-eol.jpg01

Lisibilité : « Attention! Cette section peut provoquer la somnolence, le scepticisme, l’infantilisation ou la culpabilité. Soyez avertis. » Miss Papillon: « Le pétrole, c’est quoi? Quelle est la différence entre mazout, pétrole et essence? Vérifions dans tout-savoir-à-propos-de-n’importe-quoi-pour-les-nuls.com (Wikipedia!). » « Le pétrole, le mazout, l’essence, le disel, le benzène, le propane, alouette, ce sont esentiellement une combinaison de deux simples petits ingrédients: » Carbone: « Appelez-moi Carbone. » Hydogène: « Salut! Moi c’est Hydrogène! »

01-eol.jpg02

Lisibilité : Hydrogène: « Quand on se place comme ça, on fait du méthane! Nous sommes quatre! Et comme ça de l’éthane! » Carbone: « Ouais, ouais, on le sait, vous êtes toujours plus nombreux…Mais ils ont toujours besoin de nous, carbone, au milieu. » Hydrogène: « Ensemble, on fait toute sorte de figures plus folles les unes que les autres, surtout avec la chaleur, la pression et quelques millions d’années! Toutes ces figures, ou molécules, sont des hydrocarbures! »

01-eol.jpg03

Lisibilité : Carbone: « C’est nous qui décidons si on fait partie des pétroles légers, moyens ou lourds. Quand on est 5 à 10, on fait de l’essence, de l’ordinaire, du sans plomb ou du super sans plomb; on est du pétrole léger. De 10 à 16, on forme le kérosène, « jet fuel », le diesel ou « gazole »; pétrole moyen. Entre 14 et 20, on devient du mazout, ou du fioul. On est lourd. » Hydrogène: « Ah ça! Pour être lourds, vous êtes lourds! » Carbone: « Pas tant que ça, tout pétrole est moins dense que l’eau et donc, flotte en surface lorsqu’il y a un déversement. » Miss Papillon: « Et le gaz naturel? »

01-eol.jpg04

Lisibilité : Carbone: « Le gaz naturel est juste un autre sous-groupe des hydrocarbures où je suis si peu nombreux (1 à 4) qu’on devient léger comme l’air. Méthane: je suis seul, ils sont 4, CH4. Propane: nous sommes 3, ils sont 8, C3H8. Éthane: vous connaissez la chanson, C2H6. Butane: C4H10, voilà. Et puis, n’allez pas nous accuser, nous, les hydrocarbures, de réchauffer votre planète! On était là bien avant vous, sur « votre » planète! Tranquilles, enfouis depuis des millions d’années dans des couches de roches imperméables. » Miss Papillon: « Wô! Faut pas  charrier! Vous êtes les grands producteurs de gaz à effet de serre, quand même! »

La semaine prochaine, ça va chauffer avec Carbone qui se défendra et qui rencontrera Oxygène!

Nature sentimentale, partie 4

On termine notre tour d’horizon sur la faune marine avec un petit mot sur la pollution des océans, eh oui.

(cliquer ici pour accéder aux premières pages de cette chronique)

01-eol.jpg12

Lisibilité : M. Fontaine : « Le phoque à capuchon. Le phoque gris. » « Nous, les humains, avons des impacts, qu’on le veuille ou non! Vous savez, même les Inuits, malgré leur mode de vie, ont laissé leur empreinte: ils ont pollué plein de lacs. » « Ici, sur vos belles Îles, vous vous sentez à l’abri de la pollution, hein? Peut-être en êtes-vous plutôt à la source? » « Bon, je ne vous ai pas parlé des requins… ni des anémones… »

01-eol.jpg13

« Ni des oiseaux. »

01-eol.jpg14

Lisibilité : M. Fontaine : « Il y a plusieurs sources de pollution de nos océans. » « La pollution physique, ou matérielle. Comme le cas de Tryphon. » « Ou les sacs de plastique, ingérés par les bêtes. » « Il y a la pollution organique. Les eaux usées envoyées à la mer avec leurs bactéries… leurs détergents et même… leurs engrais! »

Schéma: Zone hypoxique autour de l’archipel. Engrais = + d’algues = + de bactéries = moins d’oxygène = HYPOXIE des fonds marins.

01-eol.jpg15

Lisibilité : M. Fontaine : « Et puis il y a la pollution chimique : dégazage et déballastage. Des navires, remplis de produits toxiques, comme du pétrole, lavent leurs cuves en se promenant portes ouvertes dans l’océan. C’est illégal. « Mais on ne peut rien faire pour empêcher ça » qu’on nous dit… FOUTAISE! Regardez-moi cette traînée facilement détectable par satellite! »

01-eol.jpg16

Lisibilité : M. Fontaine : « Et nos élus, là, ils font quoi? Notre seul recours c’est de les VIRER! ET RÉGULIÈREMENT! » « Et puis de faire de petits gestes conscients… qui nous rappellent qu’on peut encore agir… »

Fin de la 2e chronique pétrolière. À la semaine prochaine!