Exploration du golfe, partie 1

Il y en a eu, des annonces de forage, aux Îles-de-la-Madeleine. Depuis 3 ans, on nous tient en haleine d’un projet à l’autre, d’une étape à l’autre, de consultation en évaluation et tutti quanti. Résultat: les citoyens se mobilisent et les trous ne sont toujours pas faits.

La semaine prochaine, les Madelinots pourront participer au BAPE sur Les effets liés à l’exploration et l’exploitation des ressources naturelles sur les nappes phréatiques aux Îles-de-la-Madeleine, notamment ceux liés à l’exploration et l’exploitation gazière. Mon petit doigt me dit qu’on y parlera au moins autant de nappe de pétrole que de nappe phréatique!

Voici donc une entrevue en BD, datant de 2010, au sujet de l’exploration pétrolière dans le golfe du Saint-Laurent. Avec du recul, on constate qu’il y avait beaucoup de sensibilisation à faire. Et ce n’est pas fini!

(Rappel aux lecteurs : il s’agit d’une première partie d’une chronique au brouillon. Le texte est transcrit au bas de chaque page pour une meilleure lisibilité et vos commentaires sont les bienvenus pour rectification ou discussion!)

01-eol.jpg01

Lisibilité : Écran: « Entrevue sur le moratoire. Si ça t’intéresse: Radio-Canada Régions/Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine « À la Une », 28 mai 2010. » MPapillon: « Enfin! Ça fait la manchette! » Radio: « Au moment où le monde entier constate avec désolation les dégâts dans le golfe du Mexique, la compagnie d’exploitation Corridor Resources confirme qu’elle explorera les fonds sous-marins à moins d’une centaine de kilomètre des Îles-de-la-Madeleine. Effectivement, le président affirme que la recherche de pétrole sur le site de Old Harry va débuter en septembre, soit dans 3 mois. » MPapillon: « Ouch! 3 mois? » Radio: « Grâce à leur permis terre-neuvien, ils vont d’abord procéder aux levées sismiques pour préciser où ils foreront. » MPapillon: « Est-ce qu’on va avoir notre moratoire à temps? » À l’écran: « AUDIO VIDEO RADIO première chaîne, Exploration pétrolière confirmée aux Îles. »

01-eol.jpg02

Lisibilité : Radio: « Ils sont donc en négociation présentement pour trouver une grande compagnie pétrolière qui fera cette opération pour eux. Peut-être même négocient-ils avec BP? » MPapillon: « HEIN? » Radio: « En entrevue, le président de Corridor nous a dit: » Président: « Écoutez, soyez calme. » Radio: « Et il s’est montré très rassurant. » MPapillon: « Me voilà rassurée… » Président-Superclass: « Écoutez, ce ne serait pas du tout comme dans le golfe du Mexique. C’est 4 x moins profond, donc il y a moins de pression et ce serait beaucoup plus sécuritaire. » MPapillon: « PLUS SÉCURITAIRE QUE QUOI? QUE DEEP WATER HORIZON? » Radio: « Évidemment, le président est conscient que beaucoup de gens s’inquiètent, mais il s’est voulu très rassurant, vraiment. » MPapillon: « Mais cessez donc de vouloir nous rassurer! Informez-nous, à la place! »01-eol.jpg 03

Lisibilité : Journaliste: « Entretenons-nous maintenant avec la présidente de l’organisme écologique des Îles-de-la-madeleine. Bonjour Madame. » Présidente: « Bonjour Monsieur! » Journaliste: « Ce que vous appréhendiez se réalise: l’exploration du golfe du Saint-Laurent est lancée. Mais ne voyez-vous pas de différences, entre ce qui est proposé ici et ce qui se passe dans le golfe du Mexique, qui seraient de nature à vous rassurer? »  MPapillon: Ben quoi? Il cherche à rassurer au lieu de faire scandale? Je l’aurais aimé, lui, pendant la grippe H1N1! » Présidente: « À ce stade-ci, les propos rassurants ne nous rassurent plus. » Journaliste: « Ouais, sauf que ce qui arrive, au golfe du Mexique, c’est que c’est terriblement profond, alors que chez vous bla-bla-bla… tandis que ce qui arrive là-bas c’est que bla-bla-bla… Alors, euh, il y a une différence, là! » MPapillon: « Coudonc! Il est en train de lui expliquer – et de justifier – en quoi le déversement est si difficile à arrêter?! C’est quoi cette question à la noix? »01-eol.jpg04

Lisibilité : Présidente: « En effet, chaque histoire de marée noire est différente et fait appel à des problèmes différents. Je ne suis pas une experte, mais il y a plusieurs causes à une marée noire. Un échouement ou un naufrage de bateau. » Équipage: « C’était pas sur la carte ça! » Présidente: « Une défaillance technique. » Équipage: « Voyons, le cadran marche pu! » Présidente: Un tremblement de terre. » Équipage: « Qu’est-ce qui se passe? » Présidente: « Un conflit armé. Une tempête. La négligence. » Équipage: « Hic! » Présidente: « À Terre-Neuve, on a eu une plateforme qui s’est écroulée lors d’une tempête en 1984, faisant 84 victimes. Et puis aux Îles-de-la-Madeleine, on a connu le naufrage du Irving Whale qui a provoqué une marée noire, laissant échapper une énorme quantité de mazout et de BPC. »

Tristes histoires. La semaine prochaine, on poursuivra avec la demande de moratoire dans tout le golfe du Saint-Laurent, pour éviter d’autres histoires comme celles-ci.

Publicités

Éole et pétrole, partie 1

Éole est le dieu des vents. Ulysse accoste chez lui dans l’Odyssée : «Nous gagnons Éolie (…). C’est une île qui flotte : une côte de bronze, infrangible muraille, l’encercle tout entière».

Pour 4e chronique, je vous propose le récit de mon incursion dans le monde du pétrole, par le biais d’une recherche graphique lors de la catastrophe du golfe du Mexique au printemps 2010.

(Rappel aux lecteurs : il s’agit d’une version brouillon, le texte est transcrit au bas de chaque page pour une meilleure lisibilité et vos commentaires sont les bienvenus!)

01-eol.jpg 01

 

01-eol.jpg02

Lisibilité : Mme G.: « Il y a une expo au Café, ça s’appelle « Offshore? No thanks! » Miss Papillon: « Woah… Super, j’ai moi aussi des pulsions créatrices de ce côté-là… Non non Christophe, pas sur la voiture » Mme G.: « C’est vrai? Dis donc, j’ai justement besoin d’aide. Il y a une chorale bientôt et ils m’ont demandé un diaporama sur la marée noire. On veut faire le parrallèle entre ce qui est arrivé dans le golfe du Mexique et les projets de forages dans le Saint-Laurent. Si ça t’intéresse, je peux te fournir en images et texte et te référer à eux. » Miss Papillon: « Euh… c’est quand?.. Ah, et comment tu voyais ça?.. Intéressant… OK; je veux bien m’en occuper… » Fiston: « Broum Broum Broum »

01-eol.jpg03

Lisibilité : Courriels de Mme G.: « Projet Diapo : Salut! Voici quelques lestures pour débuter .doc .doc .doc .doc » « Salut, voilà les photos: www.flickr.com/groups/gulf_oilspill/pool Faudra penser à mettre le lien! » « Salut… quelques citations… .doc » « Un lien pour comparer la marée noire avec celle des Îles. »

« Le déversement est relativement minuscule comparé à l’océan, très vaste » -Tony Hayward, président BP

01-eol.jpg04

Lisibilité : « Je débute mes recherches. » « 10 espèces à risque en Louisiane » « Star wars en mer! » « L’image choc classique. » Bateaux tentant l’impossible. » « C’est inimaginable. Comment éviter le sensationnalisme? »

Lisez la suite en cliquant ici.

Exportateurs de pétrole, partie 3

Cette semaine, on parle oléoduc, ou pipeline. Étonnamment d’actualité au Québec, pour une BD esquissée en 2010!

Si vous visitez les Chroniques pétrolières pour la première fois, commencez par le début en cliquant ici. Bonne lecture!

01-eol.jpg18

(Lisibilité : dernière bulle de les écologistes: « Oh, ne nous leurrons pas, c’est déjà fait… »

Pancarte : « NE RENVERSEZ PAS LE FLUX DE PÉTROLE PORTLAND-MONTRÉAL »)

01-eol.jpg19

(lisibilité de la pancarte : « NON À LA STATION DE POMPAGE DE DUNHAM »)

01-eol.jpg20

01-eol.jpg21

01-eol.jpg22

01-eol.jpg23

(lisibilité des bulles : Superclass : « Les Canadiens consomment 2,3 millions de barils de pétrole par jour. » Les écolos : « Et en produisent 3,3 millions par jour! » Pancarte: « CANADA POLLUEUR » Superclass : « De ces 2,3 millions de barils consommés à chaque jour, 1 million viennent du Canada. »)

(lisibilité du schéma : « importation : 1,3 millions de barils de pétrole par jour » (« IN » à l’Est) « exportation : 2,3 millions de barils de pétrole par jours » (« OUT » en plus gros, de l’Ouest vers le Sud))

Rappel : les chiffres indiqués ici sont ceux qui étaient disponibles sur le site de Statistique Canada lors de la rédaction de cette chronique en 2010. Pour un portrait un peu plus récent visitez ce lien.

01-eol.jpg24

(lisibilité des bulles: Miss Papillon: « Et donc, si l’Ouest cessait de servir le Sud, notre pays serait… AUTOSUFFISANT! » Les écologistes : « Ça te plaît, toi, d’être autosuffisante hyperpollueuse? » Pancarte : »2010 Année de la biodiversité »)

Schéma: DESTINATION HYPOTHÉTIQUE DU PÉTROLE PRODUIT AU CANADA : Pétrole produit par le Canada qui est déjà sur le marché canadien et qui le resterait 27%, Exportation qui pourrait être cessée pour répondre aux besoins des Canadiens 33%, Exportation qui pourrait être maintenue vers les États-Unis: 40% (incluant les sables bitumineux qui représentaient 28% de la production canadienne).

(lisibilité des bulles de Miss Papillon :  « Si on réduisait nos exportations, on répondrait amplement à nos besoins! Hyperpollueuse, moi? Pas si on arrête l’exploitation des sables bitumineux pour le compte des États-Unis! »

Dernière partie de Exportateurs de pétroleici!