Éole et pétrole, partie 3

Une ligne orange se profile à l’horizon, des fresques abstraites se succèdent à l’écran. De quoi s’agit-il?

(Rappel aux lecteurs : il s’agit d’une 3e partie d’une chronique au brouillon, première partie ici. Le texte est transcrit au bas de chaque page pour une meilleure lisibilité et vos commentaires sont les bienvenus!)

01-eol.jpg   09

01-eol.jpg10

Lisibilité : « Jusqu’à ce qu’on y voit beaucoup plus clair. »

01-eol.jpg11

Lisibilité : « Et on enchaîne ça avec un zoom out de la marée noire, vue par google.earth, puis un zoom in sur les maritimes, avec mention des projets de forage au large de Terre-Neuve… aussi bien dire au large des Îles-de-la-Madeleine. »

01-eol.jpg12

Lisibilité : « Image finale : nos Îles vues du ciel, enrubannées d’orange. »

Rappelons-nous Ulysse, dans l’Odyssée : «Nous gagnons Éolie (…). C’est une île qui flotte : une côte de bronze, infrangible muraille, l’encercle tout entière». Seraient-ce des estacades? Et si les Îles de la Madeleine devenaient Éolie, plutôt que Pétrolie?

La suite ici.

Publicités