Éole et pétrole, partie 5

(Rappel aux lecteurs : il s’agit d’une 5e et dernière partie d’une chronique au brouillon, première partie ici. Le texte est transcrit au bas de chaque page pour une meilleure lisibilité et vos commentaires sont les bienvenus pour rectification ou discussion!)

01-eol.jpg18

Lisibilité : Depuis que j’habite les Îles, j’ai vu et entendu toute sorte d’histoires « énergétiques », légendes rurales à leurs façons. Celle-là, vous la connaissez déjà. Celle-ci est étrange et fascinante. Une énorme éolienne nargue le vent, immobile, sur les dunes de la Cormorandière au bord de la route principale. Il s’agirait d’un projet d’étude de l’Hydro dont la plus grande conclusion serait l’échec de maintenir une productivité minimale en territoire isolé, où il n’y a ni expertise, ni matériel spécialisé pour en assurer le fonctionnement. Ça fait des belles photos souvenir et il y a là de bons bleuets en août. Pancarte: « PRIVÉ Défense de passer »

01-eol.jpg 19

Lisibilité : Celle-ci est vécue couramment. Elle dure invariablement 15 minutes. C’est le temps requis pour changer le bloc d’alimentation à la centrale.* Si ça dure plus longtemps, alors c’est que la situation est grave. Comme en septembre 2005. Une tornade avait arraché une série de poteaux électriques. Et puis il y a l’histoire de la force du vent, justement. L’Île d’Entrée. La plus isolée de l’archipel. Elle a même sa propre centrale. Il vente là-bas aussi. Un parc éolien a été élaboré pour augmenter l’autonomie de l’île et la rendre plus « propre ». Mais on a oublié de consulter la population, fort mécontente d’ailleurs.

*: Cette information mériterait certainement validation…01-eol.jpg 20

Lisibilité : C’est drôle. Quand on veut construire des éoliennes, il faut consulter la population locale, bien sûr, parce que ça fait du bruit et que ça change drôlement le paysage. Mais quand vient le temps de faire de l’exploration et de l’exploitation d’hydrocarbures, ce n’est pas nécessaire. Ça fait moins de bruit, faut croire. Une autre histoire, celle de la plateforme éolienne en mer. Une idée géniale, du point de vue énergétique et environnemental. Finis, les ravitaillements en mazout pour allumer nos ampoules. Finie, la dépendance énergétique. Et en plus, l’Hydro va pouvoir exporter par câble sous-marin! Un projet emballant, mais pas si simple. En se fiant à l’expérience de la Cormorandière, un système mixte sera probablement nécessaire…01-eol.jpg  21

Lisibilité : Pour l’instant, ce projet suscite des réactions ambivalentes. Localement, ça représente beaucoup de perte d’emploi. « Merde! Il va falloir qu’on change notre système de chauffage? Est-ce qu’il vont le subventionner? Ça devient difficile, de nos jours, d’être écolo… » Allons aux sources, vérifier et comprendre tout ça. À l’écran: « Re: re: Projet BD pétrole: J’ai besoin de ton avis à ce stade-ci. Je t’ai scanné mes réflexions. J’aurais besoin que tu me réfères à… vérifier ce… »

01-eol.jpg22

Et c’est ainsi que, pendant que la marée noire de la Louisiane envahissait les bayous, j’entamai les Chroniques pétrolières.

Publicités

Ça va chauffer! partie 1

Troisième chronique! Apprenons-en un peu plus sur le pétrole et ses composantes grâce à notre ami Carbone qui en a plus que marre de se faire émettre à la tonne.

(Rappel aux lecteurs : il s’agit d’une version brouillon, le texte est transcrit au bas de chaque page pour une meilleure lisibilité et vos commentaires sont les bienvenus!)

01-eol.jpg01

Lisibilité : « Attention! Cette section peut provoquer la somnolence, le scepticisme, l’infantilisation ou la culpabilité. Soyez avertis. » Miss Papillon: « Le pétrole, c’est quoi? Quelle est la différence entre mazout, pétrole et essence? Vérifions dans tout-savoir-à-propos-de-n’importe-quoi-pour-les-nuls.com (Wikipedia!). » « Le pétrole, le mazout, l’essence, le disel, le benzène, le propane, alouette, ce sont esentiellement une combinaison de deux simples petits ingrédients: » Carbone: « Appelez-moi Carbone. » Hydogène: « Salut! Moi c’est Hydrogène! »

01-eol.jpg02

Lisibilité : Hydrogène: « Quand on se place comme ça, on fait du méthane! Nous sommes quatre! Et comme ça de l’éthane! » Carbone: « Ouais, ouais, on le sait, vous êtes toujours plus nombreux…Mais ils ont toujours besoin de nous, carbone, au milieu. » Hydrogène: « Ensemble, on fait toute sorte de figures plus folles les unes que les autres, surtout avec la chaleur, la pression et quelques millions d’années! Toutes ces figures, ou molécules, sont des hydrocarbures! »

01-eol.jpg03

Lisibilité : Carbone: « C’est nous qui décidons si on fait partie des pétroles légers, moyens ou lourds. Quand on est 5 à 10, on fait de l’essence, de l’ordinaire, du sans plomb ou du super sans plomb; on est du pétrole léger. De 10 à 16, on forme le kérosène, « jet fuel », le diesel ou « gazole »; pétrole moyen. Entre 14 et 20, on devient du mazout, ou du fioul. On est lourd. » Hydrogène: « Ah ça! Pour être lourds, vous êtes lourds! » Carbone: « Pas tant que ça, tout pétrole est moins dense que l’eau et donc, flotte en surface lorsqu’il y a un déversement. » Miss Papillon: « Et le gaz naturel? »

01-eol.jpg04

Lisibilité : Carbone: « Le gaz naturel est juste un autre sous-groupe des hydrocarbures où je suis si peu nombreux (1 à 4) qu’on devient léger comme l’air. Méthane: je suis seul, ils sont 4, CH4. Propane: nous sommes 3, ils sont 8, C3H8. Éthane: vous connaissez la chanson, C2H6. Butane: C4H10, voilà. Et puis, n’allez pas nous accuser, nous, les hydrocarbures, de réchauffer votre planète! On était là bien avant vous, sur « votre » planète! Tranquilles, enfouis depuis des millions d’années dans des couches de roches imperméables. » Miss Papillon: « Wô! Faut pas  charrier! Vous êtes les grands producteurs de gaz à effet de serre, quand même! »

La semaine prochaine, ça va chauffer avec Carbone qui se défendra et qui rencontrera Oxygène!